Accueil » Entreprise » Comment réussir à sous-traiter son activité ?

Comment réussir à sous-traiter son activité ?

réussir à sous traiter son activité

Pour mener à bien certaines missions ou certains projets, on peut recourir à certaines pratiques pour l’exécution de la mission dans un délai imparti. Néanmoins cela implique plusieurs aspects à prendre en compte. Pour y parvenir, vous pouvez exploiter les informations présentées dans notre article.

Mettre en place une sous-traitance : quelles implications ?

La sous-traitance revient à confier à une entreprise qualifiée ou une tierce personne disposant de compétences avérées, une mission ou un projet de façon partielle ou globale. Cette pratique est monnaie courante dans les grandes entreprises et aussi dans les moyennes.
Beaucoup d’entreprises font recours à cette démarche afin de mobiliser une forte main-d’œuvre qui favorise la production. Dans ce cas de figure, la structure qui sous-traite n’a aucune obligation vis-à-vis du personnel recruté pour accomplir les différentes tâches.

 Le sous-traitant confie généralement les missions pour des raisons qui se justifient par le manque de   de compétences dans l’exécution des travaux, le manque d’équipements ou de matériels nécessaires. La structure qui prend le marché quant à elle doit disposer des moyens nécessaires pour satisfaire au mieux les attentes du client. La sous-traitance permet à l’entreprise qui confie les missions de signer d’autres contrats sans avoir à couvrir les aspects logistiques et matériel.

Réussir sa sous-traitance : des étapes clés

L’entreprise qui sollicite la prestation d’une autre entreprise dans le cadre d’un projet ou d’une mission dispose forcément de ses propres installations, de son matériel et bien entendu une manière de procéder propre à elle. A ce titre, pour réussir efficacement la mission, l’entreprise qui sous-traite doit veiller à certains détails.

A lire aussi  Espace de coworking : comment le choisir

La planification 

Avant tout démarrage, l’entreprise doit faire une bonne planification passant par une évaluation entière de tous les aspects de la mission. Cela revient à situer les responsabilités, définir les tâches à accomplir, donner une précision sur la durée de la mission. Il faut aussi se renseigner sur la nécessité de certains permis et se les procurer au besoin. Pour finir l’étape de la planification, il faut s’assurer que tous les intervenants disposent des formations requises pour mener à bien la mission.

La préqualification 

C’est une étape importante dans l’exécution du projet car le choix du partenaire est orienté. En dépit du coût, il est primordial de s’assurer que le partenaire dispose des qualifications nécessaires et des moyens techniques pour bien accomplir les tâches. Il faut ensuite vérifier si le partenaire justifie d’une bonne expérience dans le secteur d’activité et s’assurer qu’il ne fait office d’aucun reproche en ce qui concerne la politique en santé-sécurité du travail.

Attribution du contrat et accueil du partenaire 

A cette étape, une réunion est organisée pour rassembler l’équipe sous-traitante et le responsable de projet de l’entreprise qui signe le contrat. Lors de cet échange, différents points sont abordés comme la qualité du travail, les mesures de sécurité et les règles de sortie et d’entrée.

Contrôle des travaux en exécution

Le contrôle des travaux en cours est une étape qui permet de s’assurer que les tâches sont bien exécutées en conformité des clauses du contrat. Il faut aussi s’assurer que les risques d’accident de travail et les incidents sont bien tenus à l’écart. Un dispositif doit être mis en place pour évaluer l’avancée du projet et les performances du sous-traitant.

A lire aussi  Choisir sa mutuelle d’entreprise : notre guide

L’inspection 

Lorsque les différents travaux ont été exécutés et que le projet est venu à son épilogue, il faudra faire une évaluation de la qualité des tâches accomplies et aussi des performances du partenaire. Il faudrait s’assurer que les travaux effectués respectent les normes fixées au départ. Ensuite vérifier que le sous-traitant a livré les travaux dans la durée et a respecté les normes de la politique en santé-sécurité du travail.

Les obligations de la sous-traitance

Dans le cadre d’un partenariat de sous-traitance, certaines obligations sont à considérer. On peut avoir les obligations formelles qui concernent la durée du projet, le coût et la nature de la mission. D’un autre côté, on a les obligations comptables  qui consistent à vérifier si le sous-traitant respecte les cotisations sociales de son personnel.

Dans le cas où ces différents aspects ne sont pas respectés, l’entreprise qui a confié la mission doit rompre le contrat en envoyant un courrier en recommandé avec accusé de réception.

Pour finir, nous avons les obligations professionnelles qui exigent le respect du cahier de charge défini en amont. Il faut aussi préciser que conformément aux clauses du contrat, le calendrier d’exécution du projet doit être respecté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *